“The Passion” Episode #1.4 2008 French Français

Posted by on May 23, 2012

movie image

Télécharger “The Passion” Episode #1.4 2008 French Français

Je suis surpris de voir
l’un d’entre vous ici.
Qu’en est-il
de vos lois sur la pureté ?
J’ai côtoyé les mourants
toute la journée.
Ainsi que les morts.
Jésus de Nazareth.
Vous seriez aimable
de me laisser l’enlever de la croix
et de l’enterrer.
Il est déjà mort ?
Ils sont de retour.
Nous souhaiterions qu’il soit enterré
avant le Sabbat.
Un ancien du Temple…
Un homme respecté.
Et pourtant,
tu veux honorer un criminel crucifié ?
Caïphe sait-il que tu es là ?
Non, Préfet.
J’en étais sûr.
Tu n’étais pas là ce matin
pour parler en faveur de Jésus.
Et j’en ai honte, Préfet.
Était-il un homme bon ?
Je crois qu’il était un prophète
envoyé par Dieu.
Maintenant,
il est comme tous vos autres prophètes.
Mort.
Vas-y, tu as ma permission.
Merci, Préfet.
Il est envoyé par Dieu,
et il le laisse être crucifié ?
Je l’ai vu mourir
comme n’importe qui meurt.
Courageusement, oui, mais…
Il l’a fait.
Il est allé au bout.
Il est mort.
Je ne peux pas y croire.
– Ce n’est pas possible.
– Qu’allons-nous faire sans lui ?
Nous verrons
ce qu’il va se passer.
Tu ne l’as pas entendu ?
C’est fini.
À la fin, il a crié :
“Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?”
Jésus a dit cela ?
C’était ses derniers mots ?
Puis il a dit…
“Ta volonté est faite.”
Il est mort.
Joseph d’Arimathie
est en train de l’enterrer.
– Ne devrions-nous pas y aller ?
– Il y a des soldats partout.
– Je sais, mais…
– Dieu n’a pas pu le sauver.
Crois-tu qu’il va t’aider ?
Jésus a dit qu’il était le fils de Dieu.
Crois-tu vraiment que Dieu
laisserait son propre fils
mourir comme ça ?
Ne le vois-tu pas ?
Il pensait qu’il était le fils de Dieu.
À quoi penses-tu ?
Jésus mérite d’être inhumé avec respect.
Pour un blasphémateur et un menteur ?
Je dois y aller.
C’est bientôt le Sabbat.
Je l’interdis.
Je t’interdis de faire ça !
Doucement, allongez-le.
– Doucement.
– Couvrez-le.
– Arrêtez…
– La nuit va tomber bientôt.
Venez.
Venez ! C’est bientôt le Sabbat.
Doucement.
Mon fils…
Faisons vite.
La pierre.
Plus personne ne peut le blesser.
Nous allons rester une heure avec lui.
Mes hommes peuvent rester.
Vous avez déjà tellement fait.
Merci, Joseph.
Où sont ses amis maintenant ?
Ne sentez-vous pas sa présence ?
Et ça fait mal.
Dieu m’a brisé le cœur.
Que faisiez-vous hier soir ?
– Je n’attendrais pas d’être arrêté.
– Nous resterons ensemble,
– Jésus l’a voulu.
– Viens avec nous.
Ma place est avec Marie.
Je l’ai promis.
– Qu’elle vienne.
– Elle ne quittera pas le tombeau.
– Nous ne devrions pas non plus.
– Pourquoi ?
Nous lui avons promis, ici même,
de répandre son message.
Crois-tu vraiment qu’il va revenir ?
Souviens-toi ce qu’il t’a dit.
“Si tu me connais, tu connais Dieu.”
Ça me suffit.
Tu vas te faire tuer.
Comme tu l’as dit, nous avons abandonné
nos vies pour le suivre.
Regarde-nous maintenant.
C’est terminé.
Tout est fini, grâce à toi.
Peut-être.
Peut-être pas.
J’en ai payé le prix fort.
Joseph m’accuse d’avoir envoyé
un homme innocent à la mort.
Tu t’occuperas de Joseph demain.
On ne peut pas se battre
l’un contre l’autre.
Tu as fait ce que Dieu voulait.
Espérons que les gens s’en aperçoivent.
Partez d’ici ! Allez !
Rentrez chez vous !
Mon fils est enterré ici !
Je m’en fiche.
Personne ne doit s’approcher d’ici.
Qui l’a demandé ?
Souhaitez-vous qu’on vous arrête ?
Allez, partez d’ici !
Caïphe, ça doit être Caïphe !
Si c’était Pilate,
ce serait ses soldats.
Caïphe a peur.
Il craint que Jésus ressuscite.
Avez-vous été suivies ?
– Des espions auraient pu le faire.
– Calme-toi !
– Je ne sais pas.
– Demain, à la première heure.
Nous irons à Emmaüs.
J’ai un frère.
Quiconque veut venir…
– Ne nous séparons pas.
– Pourquoi ?
Parce que.
– C’est peut-être sage.
– Sage ?
Nous n’avons pas rejoint Jésus
pour l’être.
Nous ne l’avons pas suivi pour mourir.
J’y étais prêt, je le jure.
Puis je l’ai renié.
J’avais promis de le surveiller.
Je n’ai même pas pu faire ça.
– Vide ? Comment ça ?
– La pierre a été déplacée.
Où sont les gardes ?
Ils étaient allés manger.
Ont-ils déplacé la pierre pour piller ?
Ils jurent que non.
Fais venir Joseph d’Arimathie.
Je te l’avais dit.
Regarde.
Ses vêtements.
Où a-t-il pu aller ?
C’est peut-être un piège.
Les gardes du Temple l’ont pris.
Ils ont déplacé la pierre
et volé le corps.
Pourquoi ?
Pour s’en débarrasser pour de bon.
On devrait y aller. Viens.
Allez, viens avec nous.
Viens !
Mon enfant ?
Je ne voulais pas t’effrayer.
Pourquoi pleures-tu ?
Il y avait un homme ici.
Est-ce que quelqu’un l’a pris ?
Et qui est-il,
l’homme que tu cherches ?
L’avez-vous pris ?
Dites-moi.
C’est mal de déshonorer un mort.
Tu ne le vois pas de toute façon.
Pourquoi cherches-tu parmi les morts…
quelqu’un qui est vivant ?
– Est-ce toi ?
– Va voir mes frères et sœurs.
Et dis-leur ce que tu as trouvé ici.
Oui, Seigneur.
Vas-y.
Ressemblait-il à Jésus ?
Non. Peut-être un peu.
Ses yeux !
Quel âge avait-il ? Le même que Jésus ?
A-t-il dit quelque chose
qui t’a fait penser à lui ?
Il a dit :
“Va voir mes frères et sœurs.”
Pourquoi il apparaîtrait à une femme
et pas à nous ?
– N’importe qui aurait pu être là-bas.
– Nous avons fui.
C’est ce que vous croyez.
Il ne ressemblait même pas à Jésus.
Ce n’était pas lui… mais c’était lui.
C’était comme Jésus.
Tu voulais y croire.
C’est compréhensible.
Je crois ce que tu dis.
Tu crois que c’était lui ?
– Je crois que tu as vu quelque chose.
– J’en ai assez !
Partons.
Est-ce un procès ?
Réponds honnêtement, vais-je être jugé ?
Pas du tout.
Caïphe veut simplement te parler.
À quel propos ? Il ne me le dira pas.
Le corps a disparu.
Il a été volé.
Pourquoi volerait-on son corps ?
Sans corps,
on ne peut pas prouver qu’il est mort.
Tu penses vraiment
que je pourrais être impliqué ?
Jésus devait pourrir sur la croix,
mais tu es allé voir Pilate !
– J’ai eu la permission de l’enterrer.
– Pourquoi ?
Tu cherchais une tombe
pour un étranger, un blasphémateur.
Jésus n’a pas blasphémé.
– On l’a jugé coupable.
– Pas par moi.
Défies-tu l’autorité du Conseil ?
Si c’est le cas, que ferez-vous ?
Me remplacer et me crucifier ?
Ne comprends-tu pas ?
Tout ce que j’ai fait,
c’était pour le bien de notre peuple.
Si nous nous divisons…
La Judée va s’effondrer.
Si tu annonces que Jésus est vivant…
Je n’ai pas d’intérêt à le faire.
Je cherche seulement la vérité.
Si Jésus est ressuscité des morts…
le monde entier le saura.
C’est impossible.
Impossible.
Je te connais
depuis que tu es un enfant, mais…
je te reconnais à peine.
Moi aussi.
Attends !
Attends !
Nous sommes assez loin de Jérusalem.
Nous ne sommes que deux pèlerins.
Et si quelqu’un nous voit ?
Nous étions à Jérusalem pour la Pâque.
On a entendu parlé de Jésus.
On l’a vu prêcher au Temple, mais…
On ne l’a jamais vu.
Nous sommes Galiléens…
On aurait pu l’entendre prêcher,
il était de Galilée.
De qui parlez-vous ?
Jésus de Nazareth.
Qui est-il ?
Comme un professeur.
Certains pensaient
qu’il était celui qui nous libérerait.
C’est ce qu’ils nous ont dit.
Il a été condamné et remis aux Romains.
Il a été crucifié.
Et ils disent qu’il est revenu à la vie.
Tu ne crois pas aux Écritures ?
Pourquoi dis-tu cela ?
Isaïe a écrit que le Fils de Dieu
viendra sur Terre.
Il connaîtra la mort
de la main des hommes.
Jésus a dû te dire que cela arriverait ?
J’ai entendu ces choses.
Tu as du mal à croire.
La maison de mon frère est par là.
Tu ne veux pas manger avec nous ?
Viens.
Viens manger avec nous.
Que fais-tu ?
Voici le pain de la vie.
Voici mon corps…
donné pour vous.
Voici mon sang,
versé pour vous guérir.
Je vous le dis… Il est ressuscité.
Il nous est apparu.
Écoutez-le.
Il a partagé du pain avec nous !
Pourquoi n’écoutez-vous pas ?
N’ayez pas peur.
Doutez-vous toujours que ce soit moi ?
Cela vient-il de la lumière ?
Enfin la liberté.
Cet endroit,
il me donne de mauvais rêves.
Bonne nouvelle.
La construction de la villa a repris.
Et Tibère a quitté Capri.
Il est revenu à Rome.
Je l’ai bien servi.
Tu as fait ce que tu pensais le mieux,
cette semaine.
Tout à fait.
Un fils.
Merci.
Merci, mon Dieu.
Tu crois parce que tu me vois.
Ceux qui ne connaissent Dieu
que par la foi,
sont-ils plus forts ?
Je veux que tu prêches
le pardon des péchés.
Pour tout le monde.
En tous lieux.
Est-ce que tu m’aimes ?
Tu sais tout.
Tu sais que je t’aime.
Prends soin d’eux.
Répands mon message.
Quand le Saint-Esprit viendra à toi,
tout le monde te comprendra.
Ne pars pas.

Get Adobe Flash player

Comments are closed.