Metropolis 1927 French Français

Posted by on March 12, 2012

movie image

Télécharger Metropolis 1927 French Français

L’an 2026.
L’oppression et la manipulation des masses…
est au service d’une poignée d’élus.
La ville souterraine sous Métropolis
est faite de machines…
dirigés par des ouvriers
vivant encore plus bas.
Jour après jour,
ils sont exploités jusqu’à leurs limites.
Fritz Lang tourna ce film en 1926.
Le film fut raccourci contre l’avis du cinéaste…
pour son exploitation aux USA.
Ces coupes rendirent le film incompréhensible.
En suivant le scripte original,
cette version a été restaurée…
avec certains éléments retrouvés (en 1985)…
une nouvelle musique,
des effets sonores et il a été colorisée.
Fritz Lang disait:
“Je suis une personne visuelle.”
“Je perçois le monde par mes yeux et
rarement par mes oreilles, malheureusement”.
La relève
Profondément enfouie
sous la surface se trouvait
la ville des travailleurs.
Tout comme la ville des travailleurs
gisait profondément sous la surface,
au-dessus d’elle se dressait
le grand ensemble
baptisé le “Club des Fils”
avec ses salles de concert,
ses bibliothèques,
ses théâtres et ses stades.
Des distractions que l’on pouvait
s’offrir dans…
la merveille des Jardins éternels.
“Voyez ! Ce sont vos frères !”
“Qui était-ce ?”
“Seulement la fille d’un ouvrier”
Elle disparut aussi mystérieusement
qu’elle était apparue.
En la cherchant,
Freder parvint au seuil d’un monde étranger.
“À la Nouvelle Tour de Babel…
chez mon père !”
Joh Fredersen, le maître de Métropolis.
“Père…”
“Pourquoi traite-on les ouvriers si mal ?”
“Ce sont leurs mains
qui ont édifié Métropolis !”
“Mais à quelle monde ces mains appartiennent
selon toi ?”
“A leur place. Les profondeurs !”
“Le contremaître est là.”
“On a encore retrouvé…
“2 de ces maudits plans, maître.”
“On les a trouvés après l’explosion.”
“Josaphat, pourquoi n’êtiez-vous
pas au courant de ces plans ?”
“Vous êtes renvoyé.”
“Surveillez mon fils.”
“Josephat, pouvez-vous m’aider ?”
“La machine !”
“Je reste à la machine.”
“Echangeons nos vêtements
et nos identités.”
“Va à cette adresse.”
Josaphat.
Bloc 99, n°7, 7ème étage.
“Dis à Josaphat de m’attendre.”
Georgy prend la voiture de Freder
pour apporter le message à Josaphat.
Mais il cède à la tentation
de la ville et de la nuit…
et se fait conduire à Yoshiwara.
Anxieux, Josaphat attend des nouvelles
de Freder, en vain.
Au cœur de Metropolis
se dressait une étrange maison…
oubliée des siècles.
La légende disait qu’elle avait été
construite par un magicien.
Elle était habitée
par Rotwang, l’inventeur.
Un homme obsédé par le souvenir
d’une femme nommée Hel.
Hel, née pour mon bonheur.
Ravie par Joh Fredersen.
Morte en donnant naissance
à son fils Freder.
“Joh Fredersen désire vous parler.”
L’amitié entre Fredersen et Rotwang
n’avait pas résisté à leur rivalité pour Hel.
“Je l’ai fait revivre !”
“L’oeuvre de ma vie est terminé !”
“Le robot est presque parfait !”
“Il ne lui manque qu’une âme.”
“Tu te trompes. C’est mieux sans.”
“Peux-tu déchiffrer ces plans ?”
“Maria a organisée une nouvelle réunion.”
“Père !
Ces 10 heures n’ont-elles jamais de fin ?”
“Ce sont les plans des catacombes.”
“Conduis-moi en-bas, Rotwang.”
“Aujourd’hui, je vais vous raconter
la légende de la Tour de Babel…”
“Bâtissons-nous une tour…
… dont le sommet touchera les étoiles.”
Mais ceux qui avaient imaginé
la Tour de Babel…
… ne pouvaient pas la construire eux-même.
Mais ceux qui la bâtirent…
… ne savaient rien des rêves
de ceux qui l’avaient imaginée.
Et les esprits qui avaient conçu
La Tour de Babel…
… ne se souciaient pas
des ouvriers qui la construisaient.
Le chant de gloire de privilègiés…
… devint la malédiction des autres.
Grand est le Monde et son Créateur
Et grand est l’Homme
“Entre le cerveau et les mains,
il doit y avoir un médiateur…”
… et ce médiateur est le coeur.”
“Mais où est-il notre médiateur ?”
“Patience ! Il viendra !”
“Nous attendrons !
Mais plus très longtemps !”
“Rotwang, donne à ton robot…
“…le visage de cette fille.”
“Cache cette fille dans ta maison…”
“… pendant que le robot imposera
ma volonté aux ouvriers.”
“Rejoins-moi demain à la cathédrale.”
Les 7 péches capitaux.
Freder attend Maria,
sans la savoir captive chez Rotwang.
“Je vais donner ton visage à mon robot !”
“Où est Maria ?”
“Elle est auprès de ton père…”
“Avec toi, je vais pouvoir
contrôler les ouvriers.”
C.A. Rotwang prie M. Joh Fredersen
d’être son hôte ce soir
Rotwang présente à ses invités
la nouvelle Maria…
… pour prouver à Fredersen
combien sa création est crédible.
Finalement la fièvre et
les hallucinations de Freder cessent.
“Freder, Maria a été aperçue au Yoshiwara…”
“… la maison du pêché.”
“Je dois aller au Yoshiwara le croire…”
“J’ai perdu le contrôle du robot…”
“… et les conséquences m’effraient.”
“Tu n’es pas Maria !”
“Maria prêchait la paix !”
“Tuez-le !”
“Les machines doivent être détruites !”
“S’ils détruisent le générateur d’énergie…”
“…toute la ville des travailleurs
sera noyée !”
“Arrêtez-les !”
“Bande de fous!
Si vous détruisez les machines…”
“… vous inonderez vos propres maisons !”
Après s’être battue avec Rotwang,
Maria réussit à s’enfuir.
“Enfin! C’est toi, ma vraie Maria.”
“Où est mon fils ?”
“Dans la ville sous-terraine,
avec les ouvriers.”
“Je vais dire aux ouvriers,
que leurs enfants sont en sécurité.”
“Je te retrouve à la cathédrale.”
“Où sont vos enfants ?”
“Vous avez inondé la ville !”
“Qui vous a dit
de détruire les machines ?”
“Ne voyez-vous pas que
vous vous détruisez vous-même ?”
“La sorcière ! C’est elle la coupable !”
“Cherchez la sorcière !
Brûlez la !”
Au Yoshiwara,
la fause Maria fêtait son triomphe.
“Josaphat vite !
Cherche mon père !”
Ayant repris conscience,
Rotwang repart à la recherche…
… de Hel, son amour perdu.
“Enfin ! Je t’ai retrouvé !”
“C’est le fils de Fredersen,
qui a sauvé vos enfants !”

Get Adobe Flash player

Comments are closed.