Guerreros 2002 French Français

Posted by on June 27, 2012

movie image

Télécharger Guerreros 2002 French Français

||=-LOLOTE-=||
Fin 1999,
l’armée serbe a abandonné
la province balkanique du Kosovo,
en dégageant la voie pour les forces multinationales
dont l’objectif primaire
était de maintenir la paix,
reconstruire la province
et désarmer les guérilleras locales.
L’armée espagnole a expédié
un contingent de soldats professionnels
à la frontière serbe,
une zone connue sous le nom de
“zone d’exclusion”.
Ce couloir de terre neutre
était la scène d’incursions violentes
de paramilitaires serbes
contre la population Kosovar.
Il a aussi été considéré comme:
“La Zone d’ombre”.
RUICA – ZONE D’EXCLUSION
KOSOVO
LA ZONE D’OMBRE
JABLANICA, VILLAGE SERBO-KOSOVAR,
UNE DIVISION ESPAGNOL
Mesdames, vous ne pouvez pas être là.
C’est dangereux.
Partez s’il vous plaît.
Tu as vu ça?
Ce n’est pas nos affaires.
Tu piges Rubio.
Allez, Lucas.
Qu’on en finisse avec ça.
Nous n’avons pas toute la journée.
Sergent Rubio!
Sergent!
Voulez-vous la fermer ?
Monsieur, un groupe d’hommes est entré
dans le village.
Il y a quelque chose d’étrange à leur sujet.
Vous devriez déjà avoir fini.
– Pourquoi étrange?
– Ils ont battu un homme qui tentait de s’échapper.
Écoute, Vidal. Laisse tomber
Sauvez-le plus tard.
– Mais sergent …
– Retour au travail.
Ne le fait pas.
Il ne m’a pas compris.
Ils vont tuer un civil.
C’est leur affaire, Vidal!
Merde.
3ème Guerre mondiale.
Vidal!
Que fais-tu?
Tu nous mettras tous en danger.
Bougez plus!
Personne ne bouge!
Allez contre le mur!
Allez!
– Attention.
– Personne ne bouge!
– Ne bougez pas!
– Allez!
Lucas.
Fouille celui-ci.
Ballesteros!
Tu-es stupide?
Fouillez-les.
Allez, fouillez-les.
Balbuena, fait-le!
Pourquoi?
Regarde s’ils sont armés.
Appeler la police.
Allez, merde!
Vous! Réparter à pieds!
Allez parter. parter!
Tu vas bien ?
Ça va ?
Que s’est-il passé?
Je n’ai rien pu faire.
Allons-y .
Regardez-moi dans les yeux.
Que je vois à qui je parle.
Vous voulez un peu d’eau?
Non, merci, Lieutenant.
Lieutenant.
Des sanctions disciplinaires pour
cette intervention inappropriée.
Ils croient que nous sommes stupides.
Écoute, Vidal.
Sur la base, dans l’action,
partout …
Nous devons nous proteger
les uns les autres.
Nous sommes une unité.
Sans exception.
Nous voulions bien faire, monsieur.
Vouloir bien faire?
Soyons de bons soldats.
Aidons ces personnes.
Obéir aux ordres.
C’est tout ce que vous devez faire.
Point numéro deux :
votre section.
Ils comptent sur vous.
Comment vont-ils prendre cela?
Votre devoir est de s’intégrer.
J’essaie, monsieur.
Vous essayez de vous démarquer.
Pour être aimé.
– Je vous surveille.
– Et si nous avions sauvé ces hommes ?
Même un d’entre eux ?
Vous avez mis votre section en danger.
Je sais, je suis désolé.
pourquoi sommes nous ici?
Pour le travail.
Sergent.
Vous croyez que les choses
devraient être faites différemment ?
À votre manière?
J’aime l’armée, monsieur.
Il y a de la place pour tout le monde ici.
Mais pas individuellement.
Oui, Lieutenant.
Je veux des hommes serieux.
Tous heureux,
Tous égaux.
Pas ambitieux.
Je ne les supporterai pas.
Je ne suis pas ambitieux.
– Oui, monsieur.
– Disposer.
Les règles disent
qu’il devrait être renvoyé à la maison.
Il a désobéi à mon ordre.
Il ne va nulle part.
C’est ce qu’il veut.
J’en n’ai pas fini avec lui.
Dépêchez-vous, j’ai faim.
Vidal, aidez-les à charger.
Oui, monsieur.
Je vais finir avec cette …
Nous sommes en retard à cause de toi.
Laisse tomber cette putain de pierre
et allons-y .
Oui, monsieur.
Toi, trou du cul!
Arrêtez, Putain!
Arrêtez!
Arrêtez!
Putain que faite-vous?
Que cherchez-vous à prouver?
Allez dans le camion.
Cher père …
Je vais bien.
J’apprends comme je peux.
J’ai vissé aujourd’hui.
J’ai presque été renvoyé à la maison.
J’ai eu de la chance.
Mes problèmes ne sont pas importants.
J’essaie juste d’aider
ces pauvres gens.
Ce n’est pas facile.
Ils s’entretuent à tout moment
Nous ne pouvons pas toujours
sauver les civils.
Mais si nous pouvons réussir à en sauver un,
ça vaut le coup.
Ça ne fonctionne pas toujours.
Au moins je sais que je tente d’aider
un pays dans le besoin.
Si près, encore vivant
dans un autre âge,
comme suspendus dans le temps.
Bonjour.
Nous partons dans 20 minutes.
tout le monde se lève. Allez.
qui est en haut, Vidal ?
Tu dors encore ?
– Merde, monsieur. Nous avons seulement dormi 4 heures.
– Plus que moi. Debout.
Ballesteros,
dehors, dans 10 minutes.
– Tu t’es engueulé avec ta petite amie?
– Laisse-moi tranquille.
Les fermiers dorment plus tard.
Hein, Gomez?
BASE ESPAGNOLE À ISTOK, KOSOVO
Stop!
Arme contre sois!
Garde à vous!
tourner vous!
Bonjour.
Préparez-vous et montez dans le véhicule.
Préparez-vous!
Montez la rampe!
Vous avez un problème, Balbuena?
M’avez-vous entendu ?
Je n’entends rien.
soyez vigilant.
Oui, monsieur.
Où as-tu appris à conduire?
Va te faire foutre.
Je n’aime pas ton haleine.
Tu pourrais arrêter de respirer ?
La station endommagée est ici.
à Ruica.
C’est la zone d’exclusion.
Il pourrait y avoir
des activité paramilitaire serbes.
“Intelligence” dit que c’est calme
Il n’y a rien à craindre.
Nous rétablirons l’électricité et
arrangerons le désordre d’hier.
C’est ce que nous devrons faire.
Nous aurions du laisser Vidal
à la base, monsieur.
Pour le bien de tous.
Vidal est juste un autre membre
de cette section.
Il ne reçoit aucun traitement spécial.
– Vous avez raison, monsieur.
– Ne me traitez pas avec condescendance.
Je sais que vous n’êtes pas d’accord,
donc n’embrassez pas mon cul.
Ceci est la liste de ceux
qui ont demandé une avance.
Vous êtes tous dessus.
Je ne sais pas comment
vous dépensez votre argent.
Mais je veux que cette liste
reste intact.
– Compris?
– Oui, lieutenant.
Tout le monde a compris?
Oui, lieutenant!
Notre job est d’être prêt à tout moment,
et cela signifie même maintenant.
Excusez-moi, monsieur.
Sommes-nous en direction de la frontière?
Pour rétablir l’électricité
à toute une vallée.
Sans être indiscret, monsieur.
beaucoup d’entre nous n’ont pas dormi.
Vous avez eu vos Pampers changées ?
Et vous, Vidal?
Souvenez-vous de notre petite conversation ?
Oui, Lieutenant.
Qu’en est-il?
Mettez-le en pratique
Je sais , monsieur.
Rien ne m’échappe, Vidal.
Je vois tout.
J’ai des yeux derrière la tête.
Je peux même voir de mon trou du cul.
C’était un accident.
Serrez sa main.
Sergent.
Je tiens à présenter mes excuses.
Ne vous foutez pas de moi.
Je suis sérieux
Je veux montrer que …
Que vous n’êtes pas un connard?
Le lieutenant a raison.
Je sais.
Même Ballesteros finira
par botter votre cul.
J’espère que non.
Balbuena, informe les autres sur notre position.
Nous entrons dans la zone d’ombre.
La zone d’exclusion
se situe au-delà de cette ville,
et les Serbes
vont devenir dingues.
De nos jours les militaires fournissent
“la gestion de crise”.
Comme une société travaillant
pour une autre, appelée “l’Europe”.
Balbuena, informer la base.
Dernier point de contrôle, pas de nouvelles.
Rester à gauche. Regarder les civils.
Les derniers Serbes de la zone.
Les Albanais ont tout brûlé.
Ils ne devraient pas avoir une escorte ?
Nous sommes près de la frontière.
Il y a seulement le poste de contrôle italien.
Fils de pute!
Tu vas bien?
– Je vais bien.
– Descender! à l’intérieur, vous deux!
Heureusement.
Ce sont seulement des pierres.
– Qui les lance ?
– les Serbes.
On dirait que c’est tout.
Soignez-le.
D’accord, Gomez.
Les Italiens devraient les accompagner
à la frontière putain!
Les Espagnoles sont terrifiés.
Ils se chient tous dessus.
Et maintenant?
Vos compatriotes, hein, Monica ?
Donnez-moi juste une mitrailleuse…
Où sommes-nous putain?
Voulez-vous la fermer?
Ils ne peuvent pas jeter des pierres
aux chèvres ou à autre chose ?
Ils ne sont pas mes compatriotes.
Je suis espagnole.
Mais vos parents sont d’ici.
Alors quoi?
Je ne vous parle pas.
Nous sommes là pour les protéger.
Pour protéger qui?
Les Serbes ou les Albanais?
Tout le monde.
Peut-être qu’ils ne le savent pas.
C’est pour cela que vous êtes ici.
Pour traduire.
Ca suffit.
Je suis en train de faire mon putain de travail.
Je suis venu pour m’amuser,
et cela me fait chier putain.
Comment ça va?
Parfait, Sergent.
Ils sont Albanais.
Pourquoi sont ils ici ?
Stop!
Stop!
Monica, vient avec moi.
nous restons là, monsieur?
Restez sur place et soyez vigilant.
Qu’est-ce qui se passe ?
À l’intérieur.
10 Novembre,
entrez.
Terminé.
Restez vigilant.
Prenez vos fusil et aller dehors.
Retrait!
Allez! Allez!
– Vous allez bien?
– Allez démarre!
– Nous avons laissé le lieutenant!
– Tais-toi!
Nous devons aider le lieutenant.
Restez-la, Vidal!
Fermez-la!
c’est quoi cette merde ?
Entrez, entrez Dedans!
Feu à volonté! Nous partons!
En arrière!
Nous avons laissé les français!
Non, nous partons!
Dieu!
Je ne vois rien, monsieur.
Ils ont sur tiré Gomez!
– Nous allons mourir!
– Calme-toi!
Nous sortons d’ici.
Un à un, par le haut.
Si nous sortons ils nous tueront.
Aidez-moi pour Gomez.
Ballesteros!
Sortez Gomez. Allez, Balbuena!
Là-haut.
Allez, vite!
– Allez! saute!
– Je ne peux pas!
Allez sauter!
Allez, Gomez.
Allez! Allez!
Allez, lieutenant!
Où est Gomez ?
Sergent.
Pouvez-vous marchez ?
Controler vos armes et vos munitions.
Il me reste deux cartouches.
Il me reste une cartouche.
Allons-y !
Allez putain nous partons d’ici.
Allez, Lucas!
Attention.
Vidal. Balbuena.
Accroupi.
– J’ai besoin de soin.
– Allez, Lucas
Pas si serré!
Pas si serré!
C’est mieux.
Quitter la route!
Prenez position dans les arbres!
Allez, courez!
Tout le monde.
Ne bougez pas!
Mines!
Fils de pute!
Lâche-moi! Ne me touche pas!
Ne me touche pas!
Il n’y a rien que vous pouvez faire
pour elle.
Ils sont partis.
Nous devrons suivre la route
jusqu’à un endroit sûr.
Ils n’étaient pas après nous.
Pourquoi avez-vous tiré ?
Ta gueule.
Tout cela est de votre faute.
Nous devons retourner sur la route.
Le terrain est plein de mines.
Cela et peut être un piège.
Ils pourraient nous attendre
Lieutenant…
Nous ne pouvons pas rester ici.
Lieutenant…
Lieutenant.
je suis d’accord.
Qu’est-ce qu’il a dit?
Huit kilomètres.
La ville est à 8 kilomètres.
Je ne marche pas.
Nous devons retourner sur la route
et attendre.
Ça suffit.
Fermez-la on est déjà baisé.
Laissez-moi réfléchir.
Le Français à raison.
Nous devons rejoindre la ville
et faire un rapport.
à vous de décider, monsieur.
Et Monica ?
Oubliez-la.
Il n’y a rien qu’on puisse faire pour elle.
Nous devons partir d’ici.
Le sergent perd du sang.
Nous devons récuperer Monica.
Vidal a raison.
Je ne laisse personne.
Nous ne pouvons pas en porter deux.
Allez voir comment elle est.
J’irai.
Pas vous.
Je ne risquerai pas
ma vie pour une fille morte.
Nous sommes dans un foutu état.
Cela n’a aucun sens.
Vidal ira.
Allez voir comment elle est.
Si elle est vivante, ramenez-la.
Si non …
Allez.
Oui, Lieutenant.
Nous devons suivre la procédure.
Sinon, nous sommes perdus.
On s’arrête un moment.
Ballesteros.
Vérifiez le pied de Rubio
Vidal,
Balbuena, sécuriser le périmètre.
Nous avons eu assez de surprises.
Vous m’entendez?
Désolé si j’ai agi de cette façon.
Je ne peux pas cesser de penser à elle.
Moi non plus.
Etait-elle morte?
Pire.
Que veux tu dire par là?
Restons ensemble.
Le lieutenant déconne.
Il va nous tuer.
Arrêtez de déconner, Ballesteros.
Vous devriez nous prendre en charge.
Ma soeur ne sait même pas
que je suis ici.
Personne ne sait que nous sommes ici.
C’est ce que je voulais dire.
Pourquoi pas?
Aidez-moi pour cela.
La ville est juste là.
Environ 5 km de descente.
Que faire si la guérilla
est là-bas?
Ballesteros…
Nous ne savons même pas de quel côté
de la frontière, nous sommes.
Nous sommes inutiles ici.
Qui vous a confié la section ?
Lieutenant,
aller là-bas
pourrait mettre la section en danger.
Lieutenant…
Dite quelque chose.
Vous apprenez à faire
le contact des yeux.
Voilà comment je sais qui vous êtes.
Restez ensemble.
Souvenez-vous, nous sommes neutres.
Rien de bizarre.
Ne tirez pas!
Vidal, Balbuena,
un de chaque côté!
à couvert!
sortez de là.
Tu vas bien ?
Balbuena. Tu vas bien ?
Baissez vos armes!
Baissez vos armes!
Baissez vos armes!
Ne bougez pas!
Vidal, faites ce que je dis.
Baissez votre arme.
Vidal, Baissez votre arme!
Baissez votre putain d’arme.
C’est un ordre!
Laissez-moi partir, bâtards!
Ne vous inquiétez pas,
ils ne nous feront rien.
Ne t’inquiéte pas.
Tout va bien.
Fils de pute.
Tenez-le.
Sergent.
J’ai vu notre BMR.
(véhicule blindé)
Ils l’utilisent pour envahir
la ville.
Si nous pouvons le récupérer…
Attendez qu’ils arrêtent de tuer.
Nous partirons par où nous sommes venus.
Nous ne partons pas sans
Alonso et Ballesteros.
Personne n’est abandonné.
– Sergent.
– Pas maintenant, Vidal.
Laissez-les se calmer.
Et nous, aussi.
Nous partirons à l’aube.
Ils nous tueront.
Ils attendent notre aide.
Nous les aiderons.
Personne d’autre ne sera tué.
Faites-moi confiance.
Lucas, Gomez, Monica.
Où sont les autres ?
Je ne fais pas de la merde
donc je rétablit l’électricité.
C’est pas de la merde cette guerre.
Je veux rentrer à la maison.
Qu’a-t-il dit ?
Ils nous laisseront partir.
Allez.
C’est toujours une mission.
Vidal.
Quelqu’un t’a vu ?
Je ne sais pas.
Quoi ?
Rien.
Allons-y .
Par ici.
Descendez!
Et maintenant?
Nous récupérerons le BMR.
Il est là.
Allons-y .
Restez calme.
Il est réparé.
Nous rentrons à la maison.
Ecoutez-le.
Allons-y .
Sergent.
Dites à Vidal de baisser son arme.
Nous avons accompli la mission.
Nous partons.
Voilà, Vidal.
C’est fini.
Vous l’avez fait.
Donnez-moi votre arme.
Regardez-moi dans les yeux.
C’est fini.

Get Adobe Flash player

Comments are closed.