American Son 2008 French Français

Posted by on March 8, 2012

movie image

Télécharger American Son 2008 French Français

Garde à vous !
Rompez.
Pour cause d’engagements opérationnels,
la date de notre déploiement a été revue.
Nous devrons être prêts à intervenir en Irak
dans 96 heures.
Bonnes fêtes, les filles.
Ça tue… Hourra !
– Prêt à perdre votre pucelage ?
– Bonne perm’ !
Bonjour, monsieur.
Vive l’Amérique !
– Qu’ils aillent se faire voir !
– Ouais !
Monte !
96 HEURES
Bonjour Maman, c’est moi.
Bakersfield est à 3h de route.
Je t’aime.
Tu as dit Bakersfield ?
Je viens de là, moi aussi.
C’est pris, à coté de toi ?
J’ai besoin de la place pour mes livres…
Et tu feras quoi si une vieille
s’assoit près de toi
et déblatère
ou te force à mater son album de famille ?
Ou qu’elle s’endort en bavant sur toi ?
Tu vois ? Tu souris.
Mike.
Cristina.
L’université de Californie. C’est géant.
Félicitations.
Merci. T’es dans les Marines ?
Comment tu le sais ?
C’est ta coupe.
Un type de mon quartier en était aussi.
Ah ouais ?
Il a été gravement blessé
par une bombe en Irak.
Mais tu n’y vas pas, toi ?
Cool.
Putain de merde !
Jake, c’est quoi cette caisse ?
Y a au moins 24 soupapes !
– Regarde ta tronche avec ta coupe.
– Calmos, Jake !
Content de te revoir dans le coin.
J’ai un nouveau tatouage.
C’est d’enfer.
C’est Dino qui te l’a fait ?
Tu crois que Dino pourrait faire ça ?
C’est de l’art.
C’est du Michel-Ange, mon gars.
Tiens, regarde.
“Tu Suces Mon Chibre” ?
Je vais te frapper !
C’est un truc de Marines.
C’est ta nouvelle tribu, alors ?
Tu vas porter haut notre drapeau ?
Tu sais, je viens de rencontrer
une super nana dans le bus…
Quoi ? A l’instant ?
– Elle était bien ?
– Tu m’étonnes !
Oh merde,
je me suis barré trop vite du boulot.
He Jorge,
qu’est-ce qui se passe, mon pote ?
Non, je lui ai déjà dit…
Je ne vais pas…
Je dépose mon pote,
je suis allé le chercher…
Je me magne et je lui dirai moi-même.
Ça marche. Non, ferme ta…
Attends, p…
Je te rappelle tout de suite, ok ?
Merci.
Désolé pour ce merdier.
Je passe te chercher plus tard.
Tu vas voir.
J’ai des plans d’enfer, Mike.
C’est cool de te retrouver,
tu nous as manqué.
C’est pareil pour moi.
Y a quelqu’un ? J’suis rentré.
Maman !
Maman !
– Crapulette !
– Tête de noeud !
– Comment ça va ?
– Bien !
Tu m’as manqué.
Pas mal…
Prête pour un dunk ?
…disait le canard.
T’aimes quand je fais le canard ?
Papa !
Salut, mon bébé.
Je ne savais pas
que c’était aujourd’hui.
Tu restes longtemps ?
Tu la laisses toute seule comme ça ?
C’est que… j’avais une réunion.
La nounou n’est pas là ?
“La nounou n’est pas là ?” C’est ça.
Mike.
Maman.
Mon petit…
Je suis si contente de te revoir.
T’as maigri.
C’est ce qui se passe quand tu fais du sport
et aussi que tu manges mal.
Ça fait ça !
Je savais que tu y arriverais.
C’était dur ?
Comment va mon frère ?
Est-ce qu’il a encore fait des siennes ?
Aux dernières nouvelles,
il vit à Oildale.
Reste à prier pour lui.
Tu travailles dur, maman ?
Je voudrais vous inviter toi et Tricia
pour Thanksgiving.
Dale a déjà la dinde.
Cool. C’est comme tu préfères.
On fera un vrai repas de famille.
Tu peux inviter Jake si tu veux.
Quand on parle du loup.
Tu fais attention, d’accord ?
Tu promets ? Pas de drogue, hein ?
Maman, je suis un Marine.
Je ne prends pas de drogue.
C’est bon que tu sois revenu.
Pose ton cul dans la voiture.
J’espère que tu n’as pas encore eu ta fessée,
parce que j’ai une chatte folle pour toi.
Allez, ramène tes fesses.
On t’a appris quoi, là-bas ?
Arrête, c’est vraiment naze.
– T’es con.
– T’as eu ça où ? Tijuana ?
Mike, faut que t’essayes ça.
C’est la tête d’un guerrier.
C’est la tête d’un mec qui ne couchera pas
s’il oublie son chapeau !
C’est ta coupe tue-l’amour.
tu ne baiseras jamais avec cette coupe.
Je fais de mon mieux pour toi,
et ça veut dire beaucoup.
Mais c’est moi le super mac !
Ah ouais, j’avais oublié !
Et je t’ai même appris
tout ce que tu sais.
– Prête-moi ton mobile.
– Quoi ?
Faut que j’appelle Cristina,
la fille du bus.
Seulement si c’est une chaudasse.
C’est une chaudasse ?
Passe-le-moi.
Apparemment, c’est une chaudasse.
T’es vraiment con.
On en veut 6 c’est tout ? Mike ?
Hé, Cristina ? C’est Mike…
Ça roule, tranquille.
La famille…
Je vais aller à une soirée
avec mon pote Jake.
– Je vous dois combien ?
– Je ne sais pas…
Non, malheureusement.
Il ressemble plutôt à un grand chiwawa.
Ma carte ? Tenez, la voilà.
Un albinos caractériel,
avec du gel partout.
– C’est moi.
– On ne dirait pas.
Si, c’est la mienne, j’ai 23 ans.
Garde la monnaie,
je m’en fous.
Cristina, hein ?
Pourquoi je ne la connais pas ?
Je chope toutes les cochonnes du coin.
– Les six cochonnes du coin ?
– Oui !
Elle a plus de 13 ans, tu sais.
Elle est à l’université.
Une poule éduquée…
T’as 4 jours pour te farcir ta poule.
Ce n’est pas ce genre de fille.
C’est toujours le même genre, Mike.
J’ai un plan A, plan B et C.
Et des plans de secours.
– Pédés.
– T’as dit quoi ?
– T’as entendu, salope.
– Bouseux de merde !
Enfoiré !
– C’est bon…
– Retiens ton chien.
– On y va.
– Mon minou,
elle est sympa, ta coupe de cheveux !
Je n’y crois pas
que tu les aies laissé faire !
T’aurais pu les exploser
avec un coup à la Rambo ou Super ninja,
mais t’as préféré la jouer
diplomate coincé.
Il y a quoi de drôle ?
On ne vous apprend pas ça, là-bas ?
Vous battre contre la mort
à coups d’arts martiaux, etc. ?
Crois-moi, ce n’est pas de la bagarre
de cour de récré !
Justement.
Ça pourrait être cool.
Tu peux faire mieux que ça, Jake.
Allez, tu me connais.
Je fais partie des bagarreurs.
Mais ce soir,
ton pote se sent l’âme romantique.
On va à cette fête, ou quoi ?
Si c’est comme ça que tu le sens, soldat…
Je te suis.
On s’arrache de là. C’est parti.
Permettez-moi de me présenter
à nouveau devant vous.
– Hé, ça va ?
– Matez ça, les mecs !
Un peu de calme…
Alors vous êtes toujours dans le même trip.
On se prépare sa petite sauterie ?
Tu t’es embarqué
dans la plus grande sauterie du monde !
Il y a des filles maintenant ?
Des nanas brutales et vicieuses.
Et ta mère est capitaine, ducon.
T’as pris la petite sauce ?
Direct de chez Buck’s, mon pote.
C’est cool, bébé, c’est cool !
Mais tu t’es vu, Mike ?
Darcy, qu’est-ce t’as à fumer ?
Mikey ! Monte avec moi.
Je t’adore, Goldie,
mais je ne monte pas dans cette merde.
J’ai une réputation à tenir, moi.
Vous suivez le grand patron !
Tu vois plus ce genre de truc nulle part.
C’est des OEI, Objets Explosifs Improvisés.
Les enfoirés !
Écoutez-le, M. Pentagone,
avec ses codes militaires et tout.
Dis-lui, Mike.
C’est sérieux, tout ça.
Content que tu n’y ailles pas, Mike.
Si c’était le cas,
on te ferait passer au Canada.
Tu faisais un entraînement, ou quoi ?
Tout le bordel. Entraînement,
école de combat… la totale !
T’as tiré un paquet de balles, je parie.
Ouais. Et puis, il y a eu la fois où…
Ah ouais, le M16A2, hein ?
J’ai lu ça, ouais.
Yo, ferme ta gueule Goldie,
laisse-le parler.
Passe-lui le joint…
J’oubliais. Ils testent votre pisse.
Si tu te fais choper,
on t’envoie en Irak ?
T’es con. Tu dis vraiment
n’importe quoi.
C’est lui, juste là,
le gars avec la coupe à la con.
Voici Tammy et Courtney…
Moi c’est Tammy !
Voici Tammy et…
Désolé c’est quoi ton nom, déjà ?
Salut, moi c’est Amber.
Voici Amber.
Mesdames, présentez-vous à tout le monde.
Je ne vais pas vous mettre des badges.
Ça n’a l’air pas mal, ça.
Il va prendre la mer,
mais ne connaît pas la guerre.
Pas de sang sur les murs,
même si c’est un dur.
Laissons-le glisser son petit derrière,
par la porte arrière…
Avec sa coupe de militaire,
il les met tous par terre.
Il les frappe avec sa lame,
et ça plaît aux femmes.
Une vraie débandade,
et pendant l’attaque, il lance sa grenade.
Et c’est mon Goldie,
le mec qui suit…
Allez on va danser,
on va s’agiter.
Fais-moi voir ces fesses,
j’aime quand tu te baisses.
C’est trop mortel, en fait,
mais place aux filles, à la fête !
– Je…
– Allez…
Rentre là-dedans.
J’espère que le petit Marine
est prêt pour l’assaut.
Assis !
Tu n’y vas pas, toi.
Garde à vous, soldat.
J’suis un Marine…
Marine…
Ils sont sympas tes copains.
Quoi encore ?
Est-ce que vous nous filmez ?
Mesdemoiselles.
Le célibataire numéro 2.
Oh non !
Laquelle tu veux ?
File-moi tes clefs.
Ce n’est pas pour moi.
Elles sont à toi.
On veut plus de fric !
Je vous paye,
et vous fermez vos gueules !
Où est passé Mike ?
– Tiens…
– Ça va ?
Et ta soirée entre mecs ?
Tu sais, ça fait 7 mois
que je suis avec des mecs.
Tequila ?
J’ai bien dû suivre mes potes !
Très mignon, ton tablier.
Rentre un peu, si tu veux.
– C’est plutôt calme.
– Ça ne te dérange pas, t’es sûre ?
Je m’en fiche.
Cristina ?
Vous en reprenez un ?
Elle serait heureuse
si je prenais autre chose ?
Elle ne sera jamais heureuse.
Et vous, monsieur, vous êtes heureux ?
Je serai vraiment plus heureux
quand tu auras fini tout ça.
Allez ! Vas-y !
Je ne suis jamais allée nulle part.
Et toi ?
Tijuana. Lac Havasu.
Deux fois à Reno,
quand mon père y a joué au black jack.
Et une fois, j’ai vu Clint Eastwood
acheter du fromage.
Quel genre de fromage ?
Je n’en sais rien.
Ça sentait peut-être le cheddar.
T’aimes bien les odeurs, toi, hein ?
J’aime bien un peu tout.
Les odeurs, les sentiments.
Mais ce que j’aime le plus ?
Les armes à feu.
Je n’aime pas les armes.
C’est parce que tu n’as jamais essayé.
Je te promets, c’est un truc de fou.
C’est comme si t’avais du pouvoir.
C’est ni bien ni mal.
C’est juste du pouvoir.
Quoi d’autre ?
Dormir comme une souche.
Je veux dire, mort de chez mort.
Et le sexe bien sûr.
Je suis sincère.
On se voit demain ?
Oui. Pas longtemps.
84 HEURES
Ça va, ‘pa ?
Non, merci.
Quel genre de Marine ne fume pas ?
Le genre futé.
On va où ?
J’ai besoin de ton aide pour un p’tit truc.
Ils vivent la nuit, il paraît.
Alors ils sont probablement là…
“Ils” ?
Il est avec une mocheté
qui s’appelle Dawn.
Une anorexique de 35 kg.
Ce n’est vraiment pas possible.
Tu vas faire quoi avec ça ?
L’amour vache.
Cet enfoiré a mordu Dino la dernière fois.
C’est qui ?
Mike. Je viens voir mon frère.
C’est ton petit frère chéri.
Pourquoi tu ne lui proposes pas de rentrer ?
Hé ! Où tu vas ?
Sors de chez moi !
Rattrape-le ! Mike !
La prochaine fois.
Tu repars quand déjà ?
Bien trop tôt.
Il fait quoi le p’tit Jake en ce moment ?
Toujours pareil.
Paysagiste avec un pote du Salvador.
Vraiment ?
Oui. Pourquoi, on t’a dit quoi ?
Des trucs…
Et côté filles, t’en es où ?
J’ai rencontré une fille dans le bus
que j’ai pris pour venir.
C’est ça, rien de tel que le bus
pour enflammer les coeurs.
Allez, je te charrie.
Elle s’appelle comment ?
Cristina.
Amuse-toi bien, fiston.
Ça va trop vite après, Mike.
Bien trop vite.
– Merci, bébé.
– De rien.
Maria adore qu’on lui pince les fesses
quand on la prend par derrière.
Je te dis ça comme ça, gratuitement.
Ouais, merci.
Tu sais
que la fille de Bush s’est engagée ?
Pour apporter sa contribution au pays.
De quoi raviver notre fibre patriote.
Où tu veux en venir ?
C’est simple, on est en guerre, imbécile.
T’es dans l’infanterie, donc tu y vas.
– Ben, j’irai.
– Tout simplement ?
Oui. Pourquoi je me serais engagé ?
Mais je n’en sais rien.
Pourquoi ?
Non, ne me le dis pas.
Ça va me briser le coeur,
quelle que soit ta foutue raison.
Je me suis engagé pour savoir
de quoi je suis capable.
C’est tout.
Et puis j’aurais fait quoi de ma vie,
sans aucun diplôme ?
Ça n’a pas vraiment marché
pour toi…
Ne te fais pas de souci pour moi,
ça va.
Danny va prendre sa retraite.
Je rachèterai son affaire.
Il doit prendre sa retraite depuis
que j’ai 10 ans.
Je ne suis pas toi.
Je ne pense pas comme toi
ni n’agis comme toi.
Heureusement,
tu me ressembles un peu !
Ta mère et moi on s’en est bien sorti,
au moins de ce coté-là.
Et pour ton frère aussi.
Ouais. C’était un vrai mac,
à l’époque.
Il ne ressemble plus à rien, là.
Ne dis pas à ta mère que tu l’as vu.
S’il te plaît.
Elle risque de poser trop de questions.
Attrape ce côté-là,
c’est plein d’huile.
Tu n’es pas censé être là, Eddie.
Tu peux me laisser un moment
avec mon fils en privé ?
Alors qu’est-ce que t’as de prévu ?
Darcy fait une petite fête.
Une bande de crétins
qui se démontent autour d’un tonnelet !
C’est tout ?
Tu vas te retrouver la queue
entre les jambes, et rien de plus !
Emmène plutôt Cristina camper
pour ton dernier week-end de libre.
Et pourquoi j’irais camper ?
Ris si tu veux,
mais ça a marché pour moi.
Alors tu vas où ? L’ambassade de Paris ?
C’est secret, ou quoi ?
On prendra un vaisseau armé jusqu’aux dents
à San Diego,
avant de remonter jusqu’en Corée,
ou un truc du genre.
En Corée ?
Ouais, l’USS Boxer.
Après j’aimerais rejoindre
les Forces de Reconnaissance.
Tout feu tout flamme,
à ce que je vois.
Tu pourrais choper un diplôme au passage.
Et revenir officier.
Leurs bars de strips
sont pas mal, à Pusan.
Si jamais tu arrives à débarquer,
envoie-moi une carte.
“Semper Fidelis.”
Carrément.
78 HEURES
Demande-lui d’aller voir Junior.
Tu veux bien aller voir le voisin ?
Le Marine dont je t’ai parlé ?
Dis-lui que ça lui ferait plaisir.
Ma mère lui a dit
que tu étais un Marine.
Et s’il pouvait mettre son uniforme…
Maman, s’il te plaît, non.
Bien sûr.
Bonjour.
Papa, voici mon ami Mike.
Le soldat.
Non, c’est Marine.
Comme Junior.
Ce n’était pas cool de sa part
de me dévisager comme ça.
Ce n’est pas du racisme.
C’est latino.
Faut que tu montres qui tu es à la famille.
Et tu ne leur avais pas dit
que j’étais black, hein ?
Devine. Tu veux un indice ?
La deuxième pire date anniversaire
possible…
Le pire, ce serait Noël, donc…
Le 26 décembre.
Ah, ça, c’est l’horreur.
Tout ce que t’as,
c’est les restes du Père Noël…
Les lacets fluos
qui se voient dans le noir,
les yaourtières.
Joyeux anniversaire !
Oui, ce n’est vraiment pas top.
Ta philosophie de vie ?
En une phrase ou moins.
Fais attention.
C’est tout ?
À quoi ?
À tout.
J’aime vraiment ton cerveau.
On ne m’avait jamais dit ça, avant.
“J’aime vraiment ton cerveau” !
Mike, qu’est-ce que tu fous ?
Tu laisses tomber tes potes ?
Ça ne se fait pas !
Ouh, le sale usurpateur !
Dans certaines tribus indiennes,
on t’aurait coupé une oreille.
Ou pire mon pote…
Ta bite !
Cool, mec. Je m’occupais
de mes affaires, avec Cristina !
– Je faisais ce que j’avais à faire.
– La meuf du bus !
– Tu m’en veux ? Tu sais quoi ?
– Bon…
On va faire un tour,
et je te paye une bière.
Va me falloir une de ces fausses cartes.
C’est nul.
Tu peux te faire flinguer,
mais pas de bière.
Pas vrai, minus ?
Je te laisse à tes affaires, petite fille.
Regarde-toi, mec.
Les yeux exorbités et tout bien léché !
Et ça se dit guerrier, putain !
Ça fait longtemps qu’on est potes.
Alors vas-y, Jake.
– Fais-le, ton coming out.
– Ta gueule, merde !
Je ne suis pas comme ça.
Comme au bon vieux temps, hein ?
Tu ne trouves pas ?
Et merci pour notre grande nation.
Prions aussi pour nos militaires.
Pour les hommes et les femmes
qui se battent, surtout en Irak.
Seigneur, protégez-les
et merci d’avoir ramené Mike à la maison.
Et prions pour que Vous le conduisiez
sur le chemin de Votre amour.
Amen.
Avec plaisir, ma chérie.
Merci d’être venus.
Joyeux Thanksgiving.
Je fais une petite fête de départ,
pour Mike dimanche, après la messe.
Viens, Trish, on rentre.
Faut nettoyer, allez !
Jacob, approche !
Un petit flashback !
J’vais te montrer comment je faisais.
Tu démarres d’en haut, allez.
Tir direct. Tu commences.
J’ai la poisse de Thanksgiving !
Excuse-toi si tu veux,
mais fini, les occases ce soir !
Car Mike est de retour.
“Oh, je veux ressembler à Mike !”
Allez, quoi… Quoi ?
La misère !
Très bien !
Moi, je suis à fond… toute la nuit !
Putain de Marine !
Si tu le prends comme ça…
Tu veux qu’on en parle, peut-être ?
Et ton boulot de paysagiste ?
– Comment tu sais ?
– Ça se passe comment ?
– Très bien !
– Vraiment ?
Lâche-moi, mec !
À quoi ça te sert de jouer aux durs ?
Qu’est-ce que t’as ?
Tu fais chier, Mike !
Quoi ?
Pourquoi tu fais ça, tout le temps ?
– Je fais quoi ?
– Tu le sais très bien !
Pourquoi tu fais le con ?
Je joue, moi, c’est tout !
Va te faire voir.
– Alors, on en est là ?
– Eh oui !
Tu vis plus ici, mon vieux !
Alors pourquoi tu joues aux héros, comme ça ?
C’est de la connerie.
Tu nous juges, Mike.
Va chier !
56 HEURES
C’est gentil d’avoir accepté.
Non. C’est normal.
C’est Julio,
mais vous l’appelez Junior, c’est ça ?
Tu connais son grade ?
Bonjour, madame Morales…
Est-ce que Junior est là ?
Ah, le soudard !
Je me demandais quand ils t’emmèneraient.
Regardez-moi ça !
Cristina, salut.
Ça fait un bail, hein ?
Hé, le soudard !
Tu veux une bière ?
Grand-mère, apporte des bières
pour mes amis.
Cristina, tu peux ouvrir les volets ?
Ça ressemble à une grotte ici,
c’est un peu déprimant, sinon.
T’aimes bien ce T-shirt ?
C’est super drôle, hein !
Ouais, marrant.
Les gars de Landstuhl les ont faits
pour nous.
Mais on n’avait pas le droit de les porter.
Paraît que ça cassait le moral
et tout le tintouin.
Mais à l’hosto,
tout était bon pour se marrer.
“Je suis allé en l’Irak
mais on m’a ramené en civière.”
Bon sang, viens par ici !
Mes potes me manquent.
Allez, Marine.
Pas de ça entre nous.
Allons boire une bière.
Méfie-toi de ces enfoirés de la GNI, Mike.
GNI ? C’est quoi ?
Garde Nationale Irakienne.
Des vauriens !
Sois toujours sur tes gardes
quand ils sont dans le coin.
Oui, mais Mike ne part pas en Irak.
C’est quoi, ta spécialité ?
Zero-trois-onze. Fusilier.
Oh merde ! Moi aussi, mon pote !
Tu pars, c’est clair.
Fusilier ?
Tu pars, pas de doute.
– Comment tu as…
– Perdu ma jambe ?
Ramadi…
L’horreur.
Si tu trouves quelque chose à moi là-bas,
ramène-le-moi !
Parce que c’est sûr, tu pars, mon vieux.
Obligé.
Grand-mère ! La bière !
Demande à ton ami
s’il peut tondre le jardin.
La vieille demande
si tu ne pourrais pas tondre la pelouse.
C’est plutôt un terrain vague, mon jardin.
Tu veux une bière ?
Non, ça va.
Ils versent du gaz sur l’asphalte.
Ils y foutent le feu
et creusent un trou quand la route
est ramollie.
Et après ils enfouissent leur bombe,
la recouvre de bitume,
et ils la font exploser
quand tu passes.
C’est pourri.
On a aussi fait Fallujah.
T’en as entendu parler ?
Un putain de combat !
Lance-grenades,
tirs de mortier,
explosifs improvisés,
embuscades et snipers…
Un peu de ci, un peu de ça.
Tout pour essayer de te bousiller !
Ouais, mec.
Mais jamais ils ne t’attaqueront de face !
J’ai eu ma dose.
C’est bon, merde !
Devant Dieu,
je fais ce serment.
Mon fusil et moi défendons ce pays.
Nous maîtriserons nos ennemis.
Les sauveurs de ma vie…
Mets-moi à l’ombre, tu veux.
Faut que je me pose.
J’ai envie de jouer à Grand Theft Auto.
T’es un chanceux, tu sais.
Vraiment, oui.
C’était plutôt intense, hein ?
Quelle journée !
Je crois que j’en serais malade
si tu devais partir là-bas.
Est-ce que ça va, Mike ?
Un vertige.
Qu’est-ce que t’as mangé, aujourd’hui ?
Tu veux aller prendre un truc ?
Il ne pourrait pas trouver une nouvelle
affectation chez les Marines ?
Elle dit que sa grand-mère se fait du souci
parce qu’il ne fait rien.
Il pourrait y retourner
et trouver un boulot ?
Je ne sais pas.
C’est qu’avec son handicap…
Il ne sait pas.
Papa, tu vas avec maman.
Devant, mon petit.
Attention, 1… 2…
Alors, tu pars dimanche ?
Oui, monsieur.
Cristina va à l’université.
C’est vraiment ce qu’elle veut faire.
Oui, monsieur.
Je peux emprunter ton camion ?
Et pourquoi tu ne le prendrais pas
direct sans demander ?
Ça veut dire non,
en langage Dale ?
Peu importe.
Lis-moi ce livre.
Ce livre… Tu es trop grande pour ça.
J’aime quand tu fais les voix.
Je suis pressé.
Demain, c’est promis, je fais les voix.
Je te vois à mon retour.
Maman, je peux prendre ta voiture ?
Les clefs sont dans mon sac.
Assis-toi une minute.
Comment va Eddie ?
Eddie, c’est Eddie.
Au moins il montre un peu d’intérèt.
Il est venu te voir.
Il avait besoin de moi.
Il voulait quoi ?
– Vous avez déjà fait du camping ?
– Oui, c’est arrivé.
Il m’a convaincue de dormir par terre
sous une tente.
Et j’ai détesté. Il t’en a parlé ?
Non…
Tu sais, ça n’a pas toujours été comme ça.
Entre Eddie et moi. On a eu de bons moments,
il faut que tu le saches.
Ce n’est jamais tout noir.
Mais je n’ai jamais eu besoin
de m’en faire pour toi.
Solide comme un roc.
Viens là, serre-moi fort.
Solide…
T’es vraiment un homme,
maintenant.
C’est clair.
Vas-y, et passe une bonne soirée.
Hola.
Tu es superbe.
Merci.
T’as prévu quoi, ce week-end ?
Être avec toi.
Ça me va.
Tu sais quoi ?
Je voulais te le donner plus tard, mais…
C’est un petit truc pour toi.
Ce n’est pas grand-chose mais…
C’est un journal.
Y en a un pour moi.
Pendant mon absence, t’écris ce qui t’arrive,
et moi ce qui m’arrive.
Et quand je reviens, on échange.
Merci.
Tu veux rentrer deux minutes ?
Allons-y.
Les gars.
J’ai quelqu’un à vous présenter.
Voici Cristina. Là, c’est Miguelito.
Mon pote Shawn qui se soûle.
Darcy, c’est chez lui.
Goldie le dingue.
– Cristina.
– Salut, enchantée.
T’es sûr que tu peux gérer ça ?
Évidemment.
Qu’est-ce que vous mâchez ?
Des champis.
Je t’en donne ?
Non, ça va, merci.
Notre Jacky-Jake est déchaîné ce soir.
Il en a mangé un quart à lui tout seul.
Mon pote Mike !
Mike, t’es mon pote, toi !
Ouais, un vrai pote !
Écoute, demain,
on va s’éclater, tu vas voir.
Juste nous deux, toi et…
Mike, va voir ta copine.
Mike, je t’en prie…
Va chier, connard !
Mike, Mike…
Bien fait pour ta gueule !
Ça va ?
Et toi ?
Je n’arrive pas à croire que j’ai déconné.
Il s’est passé quoi ?
– Je suis désolé.
– Pas de quoi.
Pardon.
Eh les gars, c’était géant.
Ne pars pas. Je fais une omelette.
Tu pars ?
Les oeufs, les oeufs, les oeufs !
Des oeufs, oui !
Je vais les battre par terre.
Il faut que je rentre.
T’as raison.
Plan B.
Mon renfort perso.
Éteins les lumières.
Arrête… arrête de rire.
T’es prête ?
– Ça va aller ?
– Je ne suis pas bien.
Désolé pour ce soir.
T’inquiète pas.
Et si on allait faire du camping ?
Il ne fait pas un peu froid pour camper ?
Alors on ne sortira pas de nos duvets.
Bonne chance avec ça.
Merci. Salut.
Ça ne s’arrête pas.
Hé, Jake. T’es arrivé.
Tu te trompes !
On est chez ta mère.
Sors tes fesses de la bagnole.
T’as des lumières sur la figure,
Mike.
Debout, mon pote.
Tu fais quoi, là ? Il est tard.
Je n’habite plus ici, Mike.
Emmène-moi à mon appart.
Un appart ?
Depuis quand, t’as un appart ?
Et où est-ce qu’il est ?
Est-ce qu’on peut rouler un peu ?
Roule.
Mike ! Arrête-toi à la station.
Arrête-toi là ! Gare-toi !
Jake !
Tu fais quoi ?
Tu ne sais pas voler,
je te le rappelle !
Ah ouais ?
Regarde-moi, alors.
T’as déjà fait pas mal de conneries.
Mais celle-là, c’est la plus grosse.
Non ! Oh, merde.
Ok, si tu tombes, je garde ta caisse !
Va chier !
Tu es complètement jeté !
Alors, c’est comment la vue ?
Je croyais que ça ressemblerait
à la cité d’Émeraude du Magicien d’Oz !
Ça ressemble à quoi, alors ?
À cette horreur de Bakersfield.
Je viens de dessoûler sec !
Hé ! Jake !
Je pars pour l’Irak !
T’as entendu ?
Ouais, j’ai entendu.
Je pars d’abord au Koweit, mardi.
Et en Irak.
Tu sais, j’aurais préféré
que tu ne me le dises pas, Mike.
Et j’aurais aimé
que tu ne me laisses pas monter ici !
C’est quoi, ce bordel ?
Pourquoi tu ne m’as pas retenu ?
Tu m’as laissé grimper sur ce truc ?
C’est ridicule !
Qu’est-ce que tu veux que je fasse ?
Viens me chercher, Marine.
Combien de temps ?
Un an, au moins.
Tu l’as dit aux autres ?
C’est sûrement plus facile comme ça.
T’as peur ?
Le truc de fou c’est
que ça ne fait pas vraiment réel, en fait.
Rien n’est réel.
C’est juste une saloperie de jeu vidéo.
Hé ! tu penses quoi de Cristina ?
Dès que tu seras dans le bus,
je m’en occuperai.
Je serai gentil…
Et moi je t’explose.
Elle me plaît cette fille, Jake.
“Mike, l’amour, ça rend taré !”
Tu n’es qu’un naze.
Ouais. T’es un naze aussi.
43 HEURES
Mike, où est la voiture ?
Tu n’as rien fait de stupide, j’espère ?
Elle est chez Darcy,
elle ne démarrait pas.
Faut que tu m’emmènes au travail.
Prends celle de Dale.
Maman !
Debout, Mike ! S’il te plaît !
Sympa, le coup de main.
Ce n’est jamais fermé.
Haute sécurité, hein ?
C’est un trou à rats.
Mais j’ai une nouvelle télé.
Merde, Jake !
C’est de la folie, ces trucs !
Y a que chez les flics
que j’ai vu ça.
Je suppose que c’est le duvet
que tu me prêtes pour le camping ?
Pourquoi tu n’irais pas à l’hôtel
comme tout le monde,
au lieu de camper.
Tu comptes tuer un lapin pour le dîner ?
Et chier dans les bois ?
Tiens, attrape ces billets.
Tiens, Mike ! Tu prends l’argent.
Et réserve une chambre d’hôtel.
Ne pose pas de questions stupides.
Oui, ce n’est pas les questions
qui posent problème.
Oh, merde. J’avais oublié.
Alors c’est quoi ? Tu deales quoi ?
Du crack ?
Tu crois vraiment que dans ce cas,
je serais dans cet appart minable ?
J’imagine que ça ne change rien pour toi ?
C’est du pareil au même.
Quoi que tu fasses,
tu crois que ça va te mener où ?
Je sais très bien
où les Marines vont te mener, toi.
Tu croyais que le p’tit Jake
allait tondre des pelouses toute sa vie ?
Merde à la fin !
Choisis ton arme, soldat !
Ça, c’est au moins
4 allers-retours en tôle !
Vaut mieux vivre debout
et mourir à genoux
en veste bleue
avec un badge à son nom.
On va tirer ?
Allez petit, viens prendre ta leçon.
Foutus Irakiens !
Dégagez ! Mauviettes !
Allez vous faire foutre !
T’es complètement frappé, Jake.
Tu ne reviendras pas ici, après ?
Mais qu’est-ce que tu racontes ?
Bien sûr que si.
Moi, je ne reviendrais pas.
Oh ! Je n’y crois pas.
Reculez, bande de crétins !
Ducon, tu te souviens de moi ?
Espèce d’enfoiré !
T’es qu’un gros connard ! Prends ça !
On ne m’insulte pas, t’entends !
Va chier !
Monte dans la bagnole !
Cassez-vous, tas de branleurs !
Jake ! T’entends ? Tu montes !
Trop facile d’éclater sa gueule de pourri !
Il s’est pissé dessus.
Comme dans “Les Affranchis”.
“C’est quoi ton problème ?
Bam ! Bam ! Tiens !”
Pas besoin d’être un Marine
pour être un dur à cuire.
C’est ta plus grosse connerie, ça.
Tu parles de quoi, Mike ?
Arrête-toi ! Gare-toi tout de suite !
– Je ne vais pas arrêter la voiture.
– Gare-toi !
Sûrement pas. On s’éclate.
Détends-toi un peu, Mike !
On se fend la gueule, non ?
Tu ne vois pas ? Putain !
Je ne continue pas avec toi.
Gare-toi, maintenant.
Tu crois quoi ? Que je vais me faire gauler
et que je vais te balancer ?
Merde, tu ne risques rien !
Tu n’es même pas là.
Ramène-moi à ma caisse, Jake.
Mike ! Ça fait quoi, Mike ?
Tu ressens quoi ? On te vise,
sans que tu saches pourquoi !
Vaut mieux que tu t’habitues !
Tu ne m’as même pas dit
que tu t’étais engagé.
Tu l’as fait en loucedé.
On aurait pu le faire ensemble.
Mais non, t’as voulu foncer tête baissée.
Va te faire voir, Mike.
Va rejoindre ta pétasse.
29 HEURES
Je t’entends faire pipi, Mike.
Les Marines ne font pas “pipi”.
Ils pissent !
Les marins font pipi.
Les petites filles aussi.
Tu savais que la base de Pendleton
était à quelques mètres de mon campus ?
Tu pourrais venir me voir les week-ends ?
Ça me paraît une bonne idée.
Oublions un peu le futur pour l’instant,
tu veux.
On pourra en reparler plus tard.
C’est très mignon.
Je reviens.
Je dois appeler mes parents.
Non ?
Enfin je devrais, hein ?
Et puis, zut !
Allez, vas-y, montre-moi.
J’aime bien ton style.
Le stress…
On n’est pas obligés.
T’en es sûr ?
Je suis désolée. C’est que…
Tu vois, je voudrais
que ça veuille dire quelque chose.
Moi aussi je veux que ça veuille dire
quelque chose.
Pourquoi tu ne me parles jamais
de ton ex ?
Tu veux qu’on en parle maintenant ?
C’est que moi,
je ne veux rien savoir de tes ex…
Je voudrais te connaître.
Est-ce que t’as eu le coup de foudre ?
Vous êtes restés longtemps ensemble ?
Ça a duré combien de temps ?
Rien de sérieux.
Des trucs de gosses.
Je n’avais jamais été amoureux.
Comment tu peux le savoir ?
Comment je peux savoir
que je n’ai jamais été amoureux ?
Ben… parce que ce
que je ressens pour toi,
je ne l’avais jamais ressenti.
C’est fou,
complètement dingue ce sentiment.
– C’est comme…
– Comme…
Comme si je voulais
avaler le monde entier.
Quoi ?
Tout est tellement bon avec toi
que j’ai envie de rugir !
On pourrait rester cachés
pour toujours ?
Mike ?
Ça va ?
Rendors-toi.
10 HEURES
Bonjour.
Bonjour.
T’as faim ?
Sommeil.
Dernier petit déj ensemble.
Fais ton choix.
Des petites céréales, tu vois ?
Un paquet de céréales.
Et un grand bol.
Je m’en occupe tout de suite.
Qu’est-ce qu’il y a, bébé ?
C’est quoi ?
T’as menti.
Si je t’avais vraiment dit où j’allais,
on ne serait pas là en ce moment.
On en serait resté à une rencontre
sympathique dans le bus.
J’aurais préféré
que ça se passe comme ça.
Tu ne le penses pas.
Oh si !
Qu’est-ce que tu veux que je fasse ?
Tu ne peux pas refuser ?
J’ai des ordres, je dois partir.
Tu n’es pas obligé.
On fait quoi ? On s’enfuit ?
Et quand ils nous trouveront,
j’irai au trou,
et ça me suivra toute ma vie.
Ça a été le meilleur moment de ma vie.
Vraiment…
Il va falloir s’en contenter
pour le moment.
Ça ne suffit pas, Mike.
Enfin, tu n’en as pas marre
qu’on te dise toujours quoi faire ?
Je prépare mes affaires et je rentre.
Et merde !
5 HEURES
Merde.
Salut, Mike.
Tu veux un hot-dog ?
Il n’y a plus de hamburgers.
Non, ça va.
Maman est vraiment fâchée ?
Vexée… Pour de bon.
Jake est passé.
Il nous a dit que t’étais envoyé en Irak.
– Trish !
– T’as loupé la fête. C’est nul.
Je suis désolé, Choupinette.
Tricia, tu veux bien aller aider
ton père à ranger, s’il te plaît ?
M’man. Maman…
Pourquoi, Mike ? Je ne comprends pas.
Pourquoi tu ne nous as rien dit ?
Je ne peux pas perdre mes deux fils.
Pourquoi tu dois partir ?
Pourquoi pas quelqu’un d’autre, Mike ?
Pourquoi ce serait mon fils ?
C’est comme ça.
Pourquoi ça serait toi ?
Parce que je me suis engagé !
Alors, je dois y aller et faire mon boulot.
Il faut bien que ce soit quelqu’un !
Et je préfère ètre là-bas
à affronter la merde
que rester ici à perdre mon temps
comme les autres.
Ne me parle pas comme ça !
Maman, les gars qui partent…
ils reviennent vivants.
Ils survivent.
Je t’aime. Très fort.
Et je vais prier pour toi tous les jours.
Ne te fais pas de souci pour nous,
d’accord ?
Parce qu’on va être forts.
Comme toi.
Et je veux que tu penses à la fierté
que tu nous apportes.
Et je veux que tu penses à ton retour,
quand tu auras fini.
Parce que je le visualise.
Je te vois rentrer à la maison.
Nous raconter tes histoires.
Ce sera comme si
tu n’étais jamais parti.
Ça va se passer comme ça.
C’est comme ça que ça va se passer,
maman.
Tu rentres quand même pour Noël, hein ?
Pas cette année, ma puce.
Mais je t’enverrai quelque chose.
Yo, Dale.

Get Adobe Flash player

Comments are closed.